Humanitaire

La pratique de la chirurgie de reconstruction en humanitaire apprend à ne pas faire de la chirurgie esthétique, mais à être esthétique dans notre chirurgie, et ce, quel que soit l’endroit où nous la pratiquons.

Dans cette chirurgie, nous avons appris à proscrire ces limites qui existent entre les qualificatifs esthétiques, plastiques et reconstructrices puisque ici, et plus que nulle part ailleurs, ils ne font qu’un. C’est paradoxalement en mission humanitaire que l’esthétique a repris sa vraie dimension.

Il n’y a rien de commun entre un visage détruit par le noma, et une « simple demande » de rajeunissement d’un lifting.

Mais la chirurgie esthétique humanitaire a su nous enseigner que l’esthétique est une technique au service de la fonction de réparation des disgrâces quelles qu’elles soient.

En chirurgie humanitaire, nous sommes là simplement pour offrir notre « savoir », et parfois ce savoir se résume à un sourire. Le sourire est humanité comme la chirurgie est humanitaire. L’esthétique est humanitaire comme l’humanité est esthétique.

Ces textes ont été inspirés par le Dr P.Knipper

Dans ce cadre, le Dr Marc Quillot est intervenu :

  • A Sokoto (Nigéria) en 2003
  • A Tanguiéta (Bénin) en 2005
  • Au Burkina Faso en 2008
  • A Rabat (Maroc) en 2012